Poster un commentaire

BONS SOUVENIRS DES LANDES !

https://player.ina.fr/player/embed/CPF86615196/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/wide/1

Publicités
Poster un commentaire

Le village de Laàs sans paillettes

Laàs doit sa notoriété à son château et à ses événement festifs d’envergure bien médiatisés. Mais on peut apprécier aussi le charme de ses rues et de ses quartiers au cours d’une simple promenade.

Poster un commentaire

Un bijou de la danse basque

cliquez sur le lien suivant :

soka dantza par Burgaintzi place du foirail à Saint Palais

 

Poster un commentaire

ESCOS CULTURE !

7 AOÛT 2018 : LE BAL DE L’ATELIER D’ÉTÉ DE DANSE TRADITIONNELLE

IMAG3661[1].jpg

L’orchestre Klip eta Klop de Larressore a animé la soirée de clôture toujours avec autant d’allant et de sympathie.

IMAG3660[1].jpg

Le rond du Saut Basque pour les débutants et les confirmés sous la houlette de Marie Hélène Vignau. En fond, le poster géant du fronton d’Escos que la météo n’a pas permis de contempler en réalité.

La rencontre s’est accompagnée d’un buffet pâtissier avec toutes les spécialités gourmandes du public danseur.

13 JUILLET 2018 : CONCOURS DE PHOTOGRAPHIES

Près de 60 photographes amateurs ont participé à cette édition organisée par Patrick Hourcade et son équipe. Voici les oeuvres des lauréats. Les 3 gagnants sont originaires d’Escos et d’Auterrive. Il y eut également 12 nominés. Le jury a délibéré fort longtemps car selon les organisateurs, le niveau de qualité monte. Le thème était les animaux.

Resized_20180714_124024_8223[1].jpg

Resized_20180714_124006_1508[1].jpg

Resized_20180714_123953_2815[1].jpg

 

Poster un commentaire

BIDACHE : les derniers feux du spectacle

 

IMAG3626[1].jpg

Ce dimanche 5 août verra l’ultime représentation de l’évocation historique du Pays de Bidache. Pour les retardataires locaux, ne manquez pas les scènes de genre, de cavalerie et les belles danses en costume d’époque. Rendez-vous à 19 h sur l’esplanade du Château des Gramont.

Poster un commentaire

Les Tai Cosi à Bidache

Cette fin juillet 2018, les Tai Cosi ont rejoint les Companyons d’Orfée d’Escos pour quelques pas de danse à l’occasion du spectacle historique de l’association Mosaïque « Mémoire de femmes ».

IMAG3419IMAG3550IMAG3416

IMAG3445.jpgimag3435.jpg

IMAG3570.jpgIMAG3583.jpgIMAG3578

Mais elles n’ont pas oublié de chanter à l’occasion du pique nique XIXème siècle sur l’esplanade du château des Grammont.

IMAG3488.jpg

IMAG3602.jpgimag3594.jpg

IMAG3506

Shens desbrombar de har tringlar lo veire de Jurançon !

IMAG3592

 

 

 

 

Poster un commentaire

LES ANIMATIONS DE L’ÉTÉ

IMAG0594[1]

L’atelier de danse traditionnelle a débuté le mardi 10 juillet sur la place des tilleuls à 21 h pour tous niveaux et tous publics et ce jusqu’au mardi 7 août 2018.

Assouplissez vos espadrilles pour découvrir le Saut Basque, le Quadrilh d’Escos, le baztango zortzikoa du Carnaval de Lanz, des danses de couple et autres répertoires d’animation. La séance gratuite est animée par Marie Hélène Hitta-Vignau de l’Association Lo Larèr d’Escos. 05.59.38.45.08.

Repli assuré en cas de mauvais temps.

IMAG0410[1] Le spectacle historique de Bidache se déroulera les 27, 28, 29 juillet et les 3, 4, 5 août 2018 en fin d’après midi. Les Companyons d’Orfée d’Escos agrémenteront cette fresque avec leurs compositions chorégraphiques (Moyen Age, époque baroque, XIXème siècle). Cette année, une création costumes verra le jour avec les amples robes à volants, les crinolines et les capelines de la cour d’Eugénie.

Poster un commentaire

NOUVEAUX PAYSAGES

Les bassins des Gaves et de l’Adour ont connu des inondations d’ampleur exceptionnelle le mercredi 13 juin 2018.
Voici quelques paysages familiers transformés qui, de mémoire d’homme, ont bien surpris les riverains.

Montage Association Lo Larèr d’Escos
Photos Solange Serres
Fond sonore Celtic Music

 

Poster un commentaire

« A l’entorn de mon studio »

nau arroses dans le micro, arrosé fléyrejan bibe lou bét boutoun d’arrose, arrousé fléyrejan bibe lou bét boutoun d’argent »

A l’occasion des préparations du spectacle historique de Bidache, les Tai Cosi ont enregistré la ronde de Félix Arnaudin au studio professionnel de Simon Labeyriotte de Peyrehorade. Sous la houlette du metteur en scène, Panpi Barthaburu de Saint Palais, elles ont apporté une touche enjouée et spontanée au répertoire pour coller à l’esprit champêtre du scénario. Travail vite fait bien fait, à la grande satisfaction des organisateurs artistiques.

Le rendez-vous est pris pour la 1ère grande répétion le 15 juillet au château des Grammont.

tai cosi bl ibos 1

Les TAI COSI au bal de la Hesteyade d’Ibos 2018

Poster un commentaire

UN DE ENERO, DOS DE FEBRERO…

…TRES DE MARZO, CUATRO DE ABRIL, CINCO DE MAYO, SEIS DE JUNIO, SIETE DE JULIO SAN FERMIN…

Comme le décline la fameuse RONDA DE LA SAN FERMIN, le 5 mai fait partie du décompte festif qui donne un avant goût des célèbres liesses du 7 juillet à PAMPELUNE.
Ce jour là, une découverte historique de la ville, un bain dans son ambiance diurne et nocturne impressionnent forcément le promeneur de passage, surtout quand il est accueilli par de charmants hôtes pampelonais. Un voyage authentique dans le vif et dans le coeur de la Navarre qui scelle l’amitié Pampelonaise et Escossaise autour du Château Carrère d’Escos.

La longueur du diaporama n’a pas permis l’enregistrement des images en haute définition. Pour cela, il faut penser à cliquer sur la roue crantée (paramètres) en bas à droite de l’encart et sélectionner la qualité 1080p. Bonne lecture.

Poster un commentaire

LES TRÉSORS DE MOISSAC

Un stage de chant en musique ancienne fut l’occasion de découvrir à bicyclette les alentours de cette cité si réputée. Une promenade tranquille et verdoyante vous attend dans cette halte du chemin de St Jacques de Compostelle.

 

4 Commentaires

FLEURS DE BAL

IMAG2754.jpg

On ne pouvait douter que le village bigourdan d’Ibos était en fête les 13, 14 et 15 avril 2018. Les grilles des maisons et les rues étaient parées de décorations multicolores. La Hesteyade qui met à l’honneur le chant pyrénéen battait son plein.

IMAG2745.jpg

Après un « estanquet » bain de soleil, les Tai Cosi rejoignirent la salle Pierre Comet pour les balances puis la salle de La Bianave pour le repas d’accueil 4 macarons, entièrement maison.

IMAG2760.jpg

IMAG2762.jpg

Carte postale des Tai Cosi sur fond de Collégiale

Fini le tourisme. Passons aux choses sérieuses : le bal de la Hesteyade.

EBTè ! ouvrit la soirée avec un concert électro acoustique, voix. Joan Francès TISNER et François DUMEAUX présentèrent une musique d’avant garde tout fraîchement  inspirée d’une résidence d’artistes qui surprit un public fort nombreux et féru de danse.

Les Tai Cosi prirent le relais avec une vocalité plus attendue. Elles tentèrent de faire partager le plaisir archaïque de la ronde de la Grande Lande. L’entreprise ne fut pas facile.

Bal du futur ? Bal du passé ? Le public reste encore à inventer dans les contreforts pyrénéens !

Heureusement, les répertoires chantés plus « classiques » (danse de couple, rondeaux et branles) rassemblèrent tout le monde autour de l’enthousiasme et de la joie du mouvement.

Le bal atteignit son point d’orgue avec l’orchestre La Saucisse de St Michel. Ce groupe musette trad fit le bonheur d’un parquet impressionnant. On avait le sentiment de replonger dans les recueils d’harmonie des années 1930 qui eux même reprenaient les musiques du XIXème siècle.

L’école associative de musique traditionnelle de Tarbes, Balensoirs, offrit une belle prestation pour la danse et l’écoute. Après les derniers chants des Tai Cosi, la troupe descendit de scène pour un ultime pot pourri de rondeaux en acoustique. Il était tard et le public s’était restreint autour des « traileurs » locaux.

Un grand bal que cette hesteyade 2018 de par la variété et la qualité des intervenants, de par le nombre incroyable de participants. Une ambiance motivée et entraînante y règne ainsi que le plaisir de la rencontre. La configuration exceptionnelle de cet immense plancher de qualité continuera à attirer les amateurs de danse de toute la région.

IMAG2742.jpg

 

Poster un commentaire

TRAIL LAN LA DERI DERI DA

trail st pé de léren rondeauLe défi de rondeau non stop connut une ambiance dynamique et bon enfant au Festival du Primtemps de l’Arribèra 2018. De main de Maître, Jean-François Tisnèr garda la cadence tout en animant avec drôlerie ces 2 h continues de chant et de danse. Le « show biz » local des Chancaires fut bien sûr de la partie ainsi que Bastien des Tripoux (orchestre de la soirée) qui créa des intermèdes avec des rondes du Quercy.

Les Tai Cosi, pour leur part, assurèrent des poses avec leurs rondes de la Grande lande en apportant une accalmie du rythme, des changements chorégraphiques et une installation plus longue dans la chanson.

trail st pé de léren ronde.jpg

Le défi serait-il de 3 h l’an prochain ?

 

Poster un commentaire

LES TAI COSI A LA HESTEYADE D’IBOS

affiche hesteyade Ibos 2018

PRESENTATION DES TAI COSI POUR IBOS : cliquez sur le lien ci-dessous :

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fhesteyadedebigorre%2Fposts%2F870486873131272&width=500

En résumé : les Tai Cosi participeront au bal gascon du vendredi soir 13 avril au centre culturel Pierre Comet. Elles présenteront des intermèdes de rondes de la Grande Lande (source Félix Arnaudin) et de danses en couple (répertoire traditionnel ou compositions).

Programa-dera-41au-Hesteyade-de-Bigòrra (1)

Poster un commentaire

Lo PRIMTEMPS qu’ei arribat !

Pulmonaires de la fontaine de Marmoun

Pour tous ceux qui apprécient les ambiances festivalières, voici le programme du PRIMTEMPS DE L’ARRIBERA de Saint Pé de Léren les 5-6-7 avril 2018 avec ses nombreuses facettes qui peuvent enchanter tout type de public.

livret-pages-centrales-prog

Les Tai Cosi ont choisi, pour leur part, de découvrir ce premier TRAIL DE LA RONDE CHANTÉE. Pendant 2 h de défi et d’endurance, sans interruption du mouvement, les chansons vont enchaîner et déchaîner les amateurs de ces danses les plus ancestrales. Souhaitons un joyeux mariage aux répertoires de Bretagne, du Béarn et de la vieille Lande et peut être à d’autres rondes venues d’ailleurs !

Et pour de plus amples détails, cliquez sur le lien du primtemps de l’arribèra :

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fchancaires%2Fposts%2F609154369425770&width=500

Poster un commentaire

UN MYTHE, UNE HISTOIRE, UN VILLAGE : ATHOS !

Poster un commentaire

LE BÉARN ENSORCELÉ DE NEIGE

 

2 Commentaires

AUVILLAR ET SA CAMBA TÓRTA

On ne pourrait dissocier cette charmante bourgade du Brulhois (Tarn et Garonne) de sa « Camba Tórta », de sa jambe tordue évoquant le pied noueux de la vigne. En 1995, on a bien connu, en ce lieu, la fameuse fête de la Saint Noé, patron des vignerons de ces coteaux longeant les rives de la Garonne.

Cette association enracinée dans son terroir oeuvre avec bonheur et notoriété à la transmission des musiques et danses traditionnelles occitanes et en particulier gasconnes, depuis les années post revivalistes du folk (1980 – 1990).

C’est à une superbe rencontre qu’elle a invité son public le 17 février 2018 : stage de branles où les participants affluèrent, souper avec une garbure géante à la mode locale, concert chanté et conté qui expliquait le mariage gascon du XIXème siècle et enfin le bal à la voix, le tout animé avec brio par le Duo Corbefin Marsac pour sa dernière édition à Auvillar.

La soirée se poursuivit avec les instrumentistes de l’association et ses sympathisants.

Souhaitons longue et belle vie à la Camba Tórta sans jamais dénouer ses talents et son accueil dynamique et sympathique.

Poster un commentaire

SENT PANÇARD TRAVERSE L’ATLANTIQUE !

FOT5711[1]

Le célèbre roi du Carnaval est doué d’une vie multiple.

A Salies de Béarn, juché surs les épaules des porteurs de samaus, il triompha au concours des « PINCEAUX D’AUTOMNE 2017 ».  Il a tenu son rang parmi les premiers lauréats. Son tableau est resté dans la cité du sel pendant que son personnage regagna le CENTRE ARTISTIQUE  de Jean Bernard LALANNE à Castetnau Durban en Ariège.

Infatigable voyageur, ce monstre sacré de la liesse populaire s’est refait une santé sous les glacis du peintre pyrénéen.

FOTB32F[1]

En grand costume d’apparat, il ose enfin traverser l’Atlantique pour présider le G20 des bouffons (U.S.A.). Un joaldunak (porteur de cloches du Pays Basque) veille sur sa Majesté dont l’auguste figure rappelle étrangement la bonhomie rigolarde de Gégé Depardiou.

Depardieu[1]

Que la notoriété carnavalesque de Sent Pançard puisse séduire des amateurs de peinture américains est vraiment un pari loufoque, mais un pari tout à l’honneur de ce personnage extravagant et subversif !

2 Commentaires

CARNAVAL BIARNES 2018 de PAU: UN CRU D’EXCEPTION !

Les hostilités firent rage à la barricade du boulevard des Pyrénées (la sèga). La conquête de la capitale béarnaise par Sent Pançard et sa garde rapprochée (paillasses et pompons girls) fut longue et houleuse. Sur fond de joutes politico comiques, les notables de la ville ainsi que les « manu militari » repoussèrent en vain les assauts du roi du Carnaval. Des intermèdes chantés entraînants et des « waka » convaincants ponctuèrent un jeu de scène dynamique où rivalisèrent négociations fantoches, parodies démocratiques, épreuves rigolardes et parties de « patac » (bagarre) à coups de jambon : « BALANÇA LO TON PÒRC ! » était inscrit sur l’écharpe de Sent Pançard. La passerelle était trop belle pour les flibustiers ripailleurs !

Le brigadier de la marée chaussée, Ramonin, se distingua par son charisme tant dans le management de ses troupes que par sa superbe prestation vocale. L’imposant Sent Pançard ne fut pas en reste non plus pour inciter son peuple à la révolte. Les journalistes reporters Guilhem et Bérénice se démenèrent à chaud dans l’information.

Cet avant goût théâtral de qualité laissait augurer le meilleur pour le procès.

Place de la libération, sur les marches du palais de justice, tout se joua dans l’excellence. Un diaporama géant très réussi présenta un Sent Pançard historico people et fit patienter grands et petits. Les chansons d’ambiance de Matiu et Ramonin chauffèrent le public. Puis la parodie de justice s’installa avec une efficacité époustouflante et redoutable. La comédie fut parfaite : scénario, texte, diction, rythme, jeux de scène, jeux d’acteur, musique et chant. Rien ne fut laissé au hasard. Le fil théâtral se déroula avec fluidité, naturel et drôlerie. Mention spéciale pour les moments d’émotion : la confession intime de Sent Pançard, l’évocation des célébrités disparues dans l’année et la reprise de « Que je t’aime » de Johnny en chef d’accusation. Le spectateur pouvait grandement apprécier la chance de jouir d’un tel spectacle d’art populaire.

Une foule nombreuse descendit vers la place Gramont pour la crémation. Là, les facéties rustiques des paillasses côtoyèrent la file des snowboarders qui, eux, n’étaient pas déguisés. Et encore des chants, des danses et des musiques d’orchestre dirigées à la baguette de tambour pour pleurer la fin du Carnaval.

Un bien bel hommage à la langue et à la culture occitanes que l’investissement de tous ces bénévoles, optimisé de main de maître par la relève des jeunes artistes.

Poster un commentaire

LAJUSON, l’oublié ?

Il est de ces villages ravissants que compte le Béarn et que l’on ne traverse plus.

IMAG2000

IMAG2001

Les cascades tumultueuses du Lausset en crue sous le pont du XIVème siècle.

IMAG1998

IMAG1996.jpg

IMAG2003.jpg

L’arrivée au vieux pont.

IMAG1999.jpg

La vue depuis le vieux pont.

IMAG2004.jpg

En remontant vers le village.

IMAG2005.jpg

En retournant la tête, la vue descendante.

IMAG2015.jpg

En se dirigeant vers la plaine du gave, on tombe sur le cimetière protestant

IMAG2014.jpgIMAG2010.jpg

 

IMAG2011où des stèles affichent des paroles bibliques gravées.

Un peu plus loin, en passant sous la route, on découvre les menhirs de la carrière.

IMAG2016.jpg

imag2023.jpgIMAG2022.jpg

En revenant dans le bourg et en dépassant l’église, une bâtisse affiche un mur d’enceinte remarquable.

IMAG2024.jpgIMAG2007.jpg

Le campanile typique de l’église.

IMAG2034.jpg

Le porche de l’église magnifiquement restauré. On distingue la tombe de l’ossuaire dont parle la plaque du cimetière protestant.

IMAG2037.jpg

IMAG2040.jpg

Tous les détails d’ouvrage sont en harmonie avec le site.

IMAG2039.jpg

Les grilles, les murs, les fenêtres mansardées se festonnent à Araujuzon.

IMAG2030.jpg

Un panorama unique depuis l’esplanade du cimetière avec un front de maison en pierre très ancien.

IMAG2035.jpg

A quelques pas, l’ancienne auberge REY et son quilhè qui furent un des fleurons de la vie sociale locale.

IMAG2041.jpg

La beauté du village vient en partie du dénivelé de ses rues. Les lignes des murets, des toits, des recoins des maisons s’entrecroisent en laissant plonger le regard.

Chaque demeure a son cachet dans un goût créatif et libre. Des boiseries et des volets bleus, blancs, verts, jaunes, rouges, mauves, violets, marron, gris se côtoient sur une palette de crépis et de pierres apparentes. Tuiles rouges mariées aux tuiles grises, on sent s’approcher la montagne.

IMAG2027.jpg

Par bonheur, le charme suranné de lieux abandonnés subsiste toujours.

Même le temps maussade ne peut attrister Araujuzon. On perçoit le claquement de la pelote dans le mur à gauche. On entend badiner les promeneurs du dimanche dans une rue principale accueillante et paisible.

Au cas où les habitants ne mesureraient pas la chance d’avoir un si joli village, bifurquez au rond point de la route nationale pour le leur signaler ! Araujuzon ne peut pas devenir l’oublié de la déviation.

C’est ce que clame avec véhémence le Lausset !

 

 

 

Poster un commentaire

LE QUADRILLE D’ESCOS S’EXPORTE !

quadrilh Toulouse patinette

LE QUADRILLE DE BAL REVIENT AU SALON !

A l’occasion d’un stage de chants séfarades, des membres de l’Association Lo Larèr ont rejoint Toulouse pour un week end bien arrosé. Les animateurs de danse de Pais de Cocanha en Lauragais, amis de longue date, ont saisi l’opportunité pour organiser une soirée quadrille. Les collectages du quadrille d’Escos sur ce même blog avaient suscité leur intérêt. L’aspect ludique et informel de cette adaptation locale pouvait enrichir la dynamique de leurs ateliers de danse traditionnelle.

Mais en ville, tout est compliqué pour trouver une salle. Pour échapper à l’entrée du métro des Carmes par un temps déplorable, la joyeuse troupe s’est retrouvée avec bonheur dans un appartement de l’ancien Toulouse très assorti au répertoire XIXème.

quadrilh Toulouse pastourelle.jpg

APRES LE PAS DE PATINETTE, LA PASTOURELLE.

La soirée s’est terminée autour d’une bonne table où les produits du terroir béarnais furent grandement appréciés.

Foi de Gascon ! Le quadrille d’Escos se dansera en Midi Pyrénées !

quadrilh Toulouse ponts.jpg

5EME FIGURE : LE GALOP ET LES PONTS.

Poster un commentaire

RONDES A LA CHAPELLE

la-chapelle-d-aurit-parfaitement-restauree-sera-inauguree-samedi-matin-rene-lartigueL’atelier de rondes de Gascogne bénéficia d’une ambiance particulière dans cette chapelle d’Aurit récemment restaurée, à Hagetaubin. La quinzaine de stagiaires se prêta au jeu de la danse au chant dans la programmation des festivités de fin d’année organisées par REVEILL’OC.

Le groupe partit de l’interprétation de chansons de danse issues de l’enquête de Félix Arnaudin, collecteur de la grande Lande  à cheval sur les XIXème et XXème. Les animatrices du Larèr d’Escos combinèrent l’analyse des sources et leur vision de l’art du mouvement.

Le public accueillit avec un intérêt grandissant cette démarche ainsi que toutes les questions motrices, musicales, linguistiques que soulèvent la reconstitution d’un tel répertoire. (pièces : « LOU MOUN PAY M’I A DAT », « MARGOT BOU PA DANSA », « A NOSTE  CRAMPETE »)

Mais la chanson de danse a pu aller plus loin et se projeter dans la sensibilité d’aujourd’hui. Ainsi les compositions du LARER : « QU’I A NAU ESCUTS DENS LO SOLIER », « LA DINDOLETA », « DANS MON PAYS Y AVAIT DES PRÉS » ont permis d’évoquer nos propres histoires : les  qualités et les travers humains (éternel sujet !) et l’avenir écologique des Landes.

Tel un bouillon d’essai, l’atelier a permis de mettre en perspective un mouvement collectif proposé et le caractère musical de la chanson, toute en recherchant l’aisance et l’harmonie du cercle.  L’enthousiasme fut au rendez-vous pour tous ces chanteurs et danseurs qui se sont fondus dans la cohésion du plaisir de la ronde.

La bonne parole de la danse au chant ayant été partagée, il n’y a plus qu’à espérer la multiplication des adeptes qui pourront s’appuyer sur les outils d’apprentissage de ce même blog. La boucle de la ronde est bouclée !

aurit 5.jpg

Poster un commentaire

ATELIER CHANT A DANSER DE LA ST SYLVESTRE

 

Les chanteuses du Larèr proposent un atelier de rondes de Gascogne et de rondes de composition à l’occasion du réveillon de musique traditionnelle organisé par REVEILL’OC à Hagetaubin le 31décembre de 15 h à 17 h.

Les participants découvriront quelques chansons de danse en parler noir recueillies par Félix Arnaudin et les chorégraphies reconstituées à partir de ces sources. La problématique de cette recherche sera également abordée.

Pour prolonger ce répertoire, des chansons composées en français et en béarnais démontreront l’inépuisable plaisir de partager la danse au chant en se racontant des histoires d’aujourd’hui.

 

 

Poster un commentaire

LA BONNE AMBIANCE DU QUADRILLE et DES DANSES DE COUPLE A L’ANCIENNE

En 1996, l’Association Lo Larèr d’Escos a engagé une recherche auprès des anciens danseurs du village qui ont continué à pratiquer une forme de quadrille après la deuxième guerre mondiale à l’occasion des fêtes et des bals.

Une rencontre a réuni danseurs locaux, accompagnateurs et autres danseurs musiciens de territoires voisins intéressés par les répertoires d’autrefois. C’est là que nous avons découvert la connaissance des gens du Pays d’Orthe pour les danses de couple du début du XXème siècle.

Voici un montage vidéo de la manifestation. Ce document fera l’objet d’une nouvelle page dans le blog que vous pourrez facilement consulter.

2 Commentaires

NOUVEAU TUTORIEL DE CHANSON DE DANSE

pour se mettre au gascon en cadence :

Pour une meilleure lecture avec le plein écran, cliquez sur :

RONDE LA DINDOLETA

Poster un commentaire

Ô VACHES PYRÉNÉ-ÉES MEUH…

VOUS ÊTES MES A-A-MOURS…

2 Commentaires

OUVERTURE DES PINCEAUX D’AUTOMNE

Un événement qui peut agrémenter votre destination de visite dans la cité béarnaise du sel. La profusion des oeuvres et la multiplicité des styles feront certainement votre bonheur. Un peu victime du succès de cette exposition, on doit se confiner entre les cimaises du hall de la mairie. L’ambiance sonore y est colorée. A l’Ostau dou Saleys,  on peut prendre un peu plus de recul et presque percevoir le clapotis de l’eau. Le résultat des lauréats est visible sur internet. Mais rien ne vaut d’y aller juger par soi même et de sélectionner ses coups de coeur.

Poster un commentaire

LA MUSIQUE DU PONT DU CHEMIN DE FER

UNE PROMENADE INSOLITE DANS LA CAMPAGNE BEARNAISE

IMAG1251https://youtu.be/nLOTVUJRpug

2 Commentaires

Le Mont Saint Sauveur en Pays Basque

Sur le chemin de Gibraltar, le dernier accès au Mont Saint Sauveur est un sentier abrupt, glissant avec l’humidité. On arrive rapidement au dome.

Et là, une ambiance étrange vous envahit pour peu que le temps soit couvert.

D’un côté, les vallons doux et sympathiques de la campagne navarraise.

 

 

 

 

 

 

De l’autre, trois présences longilignes qui tentent de percer le ciel.

Un banc en demi cercle ombragé vous permet de contempler à moyenne distance ce panorama particulier sans aggraver vos cervicalgies.

Un paysage saisissant, beau de solitude et « d’insolitude » si vous permettez ce néologisme. Le grain menace dans la vallée.

Côté clair…

Côté sombre… plus réussi semble t’il.

Finalement ces stèles de chêne ont besoin d’être enveloppées de mystère. Elles en ressortent grandies !

Mais ce n’est pas le moment de s’éterniser « Dans le reflet du ciel » de Christian Lapie. La météo sévit. Plus que quelques minutes pour dévaler le chemin sans chute, à l’abri de la haie qui coupe le vent pluie.

N’oubliez pas que les cousines de ces stèles habitent l’ancien monastère des Franciscains de Saint Palais à l’ESPACE CHEMINS BIDEAK.

Au delà du goût esthétique de chacun, on ne peut rester indifférent à ces effigies de bois brut, surdimensionnées, taillées de manière rustique et qui, sans conteste, donnent une âme à leur site d’implantation.

 

 

Poster un commentaire

LE BAL DU SAUT BASQUE

IMAG0594[1]Les ateliers d’été de danse traditionnelle se sont clôturés avec l’orchestre local : cornemuse, accordéon diatonique et caisse claire. Les sauts les plus simples du Béarn et des danses d’animation ont invité les autochtones et les vacanciers à cette soirée festive. Une bonne méthode pédagogique « assimil » a fait le bonheur des nouveaux arrivants. Le cercle s’est animé avec beaucoup d’enthousiasme jusqu’au vin d’honneur final grandement apprécié malgré la fraîcheur automnale.

Poster un commentaire

GALERIE DE PORTRAITS RENAISSANCE A BIDACHE

 

LES ATTITUDES

PHOTOS DE GROUPE

 

2 Commentaires

LES DERNIERS COUPS DES FESTIVITÉS HISTORIQUES DE BIDACHE 3,4,5,6 août 2017

Dernier coup de canon pour la reconstitution de la bataille de Coutras

Derniers coups de théâtre pour la scénographie historique de la vie « deu noste rei Enric » et de la belle Corisande

Derniers coups d’épée à la table du Roy

Dernier coup d’éventail avant le bal masqué

La troupe des Companyons d’Orfée a ravi l’assistance avec ses intermèdes de danse et musique Renaissance

lors du spectacle et du banquet organisés par l’association Mosaïque de Bidache.

La magnificence des costumes et le raffinement des créations chorégraphies ont apporté le charme esthétique que cet événement attendait.

La dernière est pour ce soir. Hâtez-vous !

Poster un commentaire

RENAISSANCE POUR LES TAÏ COUSI

Les danseuses des Taï Cousi rejoindront les  COMPANYONS D’ORFÉE pour quelques pas de pavane, de gaillarde et de branle gay. La troupe de musique et danse anciennes dirigée par Ellen Chartres animera les entremets du banquet à l’occasion des spectacles historiques de Bidache.

Cette année, les festivités s’enchaîneront les jeudi 3, vendredi 4, samedi 5 et dimanche 6 août 2017 en soirée sur l’esplanade d’entrée du Château (promenade, spectacle, banquet). Le repas est sur réservation.

sarrant (6)

LES TAÏ COUSI AU BALLET RENAISSANCE DE SARRANT (32)

2 Commentaires

LE BAL DES ENFANTS

L’été, les vacances… Une occasion de penser aux distractions des plus jeunes.

collection Maurice Birckel

collection Maurice Birckel

A l’occasion de la fête nationale, l’association LO LARÉR a animé le premier bal des enfants autour de la symbolique du mât de cocagne. Des jeux musicaux ont été proposés en début de soirée : l’invitation à la danse, le ballon de baudruche et le béret musicien sous les flonflons de l’orchestre du grand bal. Les enfants gagnaient des points qui leur permettaient de décrocher les surprises du réverbère de la place des tilleuls.

Ce 14 juillet était également l’aboutissement du concours de photos « fenêtres, portes et portillons » sous la houlette de Patrick Hourcade et de son équipe ainsi que l’exposition des dessins des enfants. Alors, les cadeaux du petit bal furent naturellement des images provenant de la collection de cartes Maurice Birckel.

Poster un commentaire

CHEMINS BIDEAK EN PAYS BASQUE

La reconversion du monastère des Franciscains à Saint Palais en un espace d’art et de culture révèle un trésor de bon goût et d’intelligence.

 

Le site à travers l’oeil du parc Touzaa

                                                                   Le cloître entre terre et ciel                                                                                                                  (statues en bois de Christian Lapie)

De l’émigration des Basques                                Expo photos

 

  

      Les fresques historiques                            Le magnifique auditorium

Cromlechs, grotte, défilé, murailles, tumulus évoquent les paysages du Pays Basque.

Retour vers le parc Touzaa

Statuts et socles semblent sculptés dans la masse par l’érosion.

Ne tardez pas à vous rendre à Chemins Bideak, halte paisible avant le carrefour de Gibraltar et le Mont Saint Sauveur. Cet espace vient d’ouvrir et une présence enchanteresse flotte dans l’air : l’odeur du bois brut qui risque de s’évanouir avec le temps.

Et pour les amoureux de l’harmonie visuelle, vous ne courez aucun danger de rencontrer un crocodile géant rouge ni de percuter une grosse bonne femme difforme couleur chocolat.

Quel est le secret du bel art des Basques ? Leurs pieds ancrés dans la terre et leurs yeux accrochés au ciel ?

 

 

Poster un commentaire

REPRISE DES ATELIERS DE DANSE D’ÉTÉ

L’association LO LARER D’ESCOS va décrocher ses espadrilles à partir du mardi 4 juillet à 21 h sur la place des tilleuls et ce jusqu’au mardi 8 août 2017. Sauts basques et béarnais, Baztango Zortzikoa, danses d’animation seront dispensés auprès des personnes de tous niveaux intéressées par le folklore local.

Ce sympathique rendez vous villageois n’est plus à présenter, fort de son succès depuis plusieurs années.

Tous les nouveaux danseurs sont les bienvenus. En cas de pluie, repli à la salle des fêtes.

CONTACT : 05.59.38.45.08

Poster un commentaire

SUITE ET FIN DES TUTORIELS

Les 6 autres chansons de danse ont été publiées sur la toile. On peut se réjouir de cette finalisation pour la valorisation de l’oeuvre de Félix Arnaudin.

Pour les internautes avertis et motivés, voici les liens sur you tube :

(Vous pouvez retrouver le menu détail des diffusions audio et vidéo sur la page : rondes des Landes de Gascogne.)

PASSAN LOU POUN A PAU

LABAS LABAS AU PRAT BARRAT

MARGOT BOU PA DANSA

A NOSTE CRAMPÉTE

CAUDEROT S’I LUUE

 

A BOURDÉU QU’Y’A  ‘RIBAT

 

Nous vous souhaitons un joyeux apprentissage de ces ancienne rondes dont certaines ont peine à cacher l’archaïsme de leur musicalité.

 

Poster un commentaire

LE 1er TUTORIEL DE CHANSON DE DANSE EST EN LIGNE !

Après les derniers fignolages de montage, LOU MOUN PAY M’I’A DAT peut conquérir le coeur de tous les amoureux de chant traditionnel à travers le monde. Il suffit de s’immerger avec application dans le dialecte si coloré du parler noir.

Amis chanteurs, chauffez vos cordes et si vous êtes désabusés par l’expérience, n’oubliez pas de vous rendre au générique pour apprécier les belles images de notre pays occitan. Ça peut vous redonner du baume au coeur !

Nous vous conseillons d’apprendre directement sur YOUTUBE pour une plus grande lisibilité. Voici le lien :

youtube https://www.youtube.com/watch?v=hYuUWeQ89to&w=560&h=315

2 Commentaires

MOISSAC LA ROMANE

Foulons le pavé vers l’abbatiale St Pierre,

longeons la façade extérieure du cloître,

admirons l’entrée du ponant,

ignorons les difformités chocolat que les enfants embrassent joyeusement

pour une pose photo,

rejoignons avec hâte l’art roman du portail sud et les détails du bestiaire. 

Derrière l’église, le palais abbatial offre le charme de tous ses recoins.

 

Méandres de la vie terrestre sous la luminosité céleste ? La nature surpasse tous les arts de facture humaine !

Le coeur ancien de la ville n’est pas que touristique, il est bien habité…

d’une population colorée aux accents du sud. Vous pouvez être surpris par la voix puissante, cuivrée d’une jeune femme qui harangue du haut d’un balcon une bande de copains buveurs en bas de la rue. Pas facile de comprendre l’espagnol de ce dialecte gitan. Ah ! Madre Mia ! Si les Hildegardettes pouvaient avoir un son pareil ! Elles les feraient exploser les tétracordes du chant grégorien !

Terre rurale et maraîchère, à Moissac, les enfants vous saluent spontanément. Les ados vous renseignent aimablement sur les fonctionnalités de votre smartphone quand vous, vous vous prenez la tête à comprendre pourquoi vos photos pivotent mal. On a l’impression que ces jeunes sont polyglottes en dialectes. Alors, quand vous voyez des enfants glisser dangereusement sur la rambarde de la passerelle ferroviaire, vous leur conseillez la prudence en espagnol. Ils vous regardent interloqués. Puis vous leur demandez en quelle langue ils parlent, ils vous répondent comme une évidence : en français ! avec ce fort accent venu d’ailleurs.

C’est bien ça le charme de Moissac, des cultures décalées qui se côtoient paisiblement.

Poster un commentaire

Le mystère du neume

Pour un chanteur traditionnel, se plonger dans l’univers musical sacré du Moyen Age s’avère une étrange découverte au premier abord ardue et hermétique. L’association ORGANUM proposait dans la cité romane de Moissac (47) un dépaysement absolu avec le répertoire de Hildegarde de Bingen, extraordinaire religieuse bénédictine aux dons prolifiques dans une Allemagne du XIIème. Antiennes et psalmodies ont été abordées par transmission orale et à travers le support écrit de l’époque : les neumes qui forment des dessins mélodiques au dessus des syllabes latines. Suggestifs et esthétiques, ils peuvent aider à la longue un analphabète de la notation.

partition neumes Hildegarde de Bingen

Le Maestro du stage, Mr Marcel PEREZ, a approfondi avec brio et précision l’art immense de l’ornementation que recèle ce chant monodique avec en particulier une richesse mélismatique impressionnante. L’amplitude des hauteurs, la multiplicité des dessins musicaux, la résonance modale (Hildegarde affectionnait le mode de mi), la conscience des tétracordes ont donné du fil à retordre aux élèves toutes choristes expérimentées. Arriver à chanter ensemble de la cave au grenier sans tomber dans les fondations fut un défi car deux concerts se profilaient à l’horizon des 4 jours. L’exercice d’écoute fut intense pour retenir ces chants d’une architecture complexe et étrangère à notre habitus musical. Heureusement, les meneuses du groupe jouissaient de voix aux belles harmoniques sur lesquelles on pouvait s’accrocher.

La quête du graal fut incontestablement d’accéder au groove entre deux ruptures de son faisant résonner le corps de l’église. Le rythme n’étant pas encore noté à cette époque, l’oreille doit faire ce gros travail de mémorisation. Ce groove doit mettre en valeur la prosodie, la façon de déclamer son texte pour suggérer les intentions dramatiques. A ce niveau là, cela devient un art abouti qui ne peut s’imaginer qu’à travers une expérience longue et partagée.

Nous pouvons faire l’analogie avec la beauté de nos voix polyphoniques pyrénéennes quand elles ont été patinées par la même histoire et qui méritent bien le nom de « votz deus anjos ». On n’est pas bien loin des harmonies célestes de Hildegarde de Bingen !

2 Commentaires

LES CHANTIERS DU LARER D’ESCOS

Les vacances pascales vont être mises à profit pour poursuivre la numérisation du fond vidéo associatif en particulier le quadrilh d’Escos et le saut basque des fêtes patronales de la St Jean Baptiste en 1996. Ce montage sera diffusé sur le web à travers le blog et sera confié comme le saut basque d’Orion à l’INSTITUT OCCITAN de Billère sur l’invitation de Jean Jacques Casterets, son directeur.

Par ailleurs, l’enregistrement des tutoriels des rondes des landes de Gascogne est également prévu ainsi qu’une répétition de toute la troupe pour monter le projet de la nouvelle performance : « veillée gasconne ».

A coeur vaillant, rien d’impossible !

douceur printanière dans les rues du village

douceur printanière dans les rues du village  

 

Poster un commentaire

JOUY-EN-JOSAS

Après un voyage sans encombre depuis le piémont pyrénéen, nous quittâmes à point nommé l’autoroute A10 pour rejoindre Versailles par la départementale. La route serpenta légèrement entre des coteaux, ce qui nous ravit, bien évidemment, au sortir des grandes plaines du nord de la Loire.

Nous traversâmes la petite ville de Jouy-en-Josas. Jouy-en-Josas ? Toile de Jouy ? Un souvenir d’enfance émergea évoquant un papier peint avec des scènes courtoises  d’antan ou rappelant les penderies portatives en plastique matelassé illustrées de moutons et de bergères dessinés en noir ou en rouge.

Le château de l’Eglantine et son musée confirmèrent bien que nous étions dans le bon Jouy, dans le domaine de l’histoire de ce célèbre tissu dont la réputation était parvenue à traverser la France, les époques et les couches sociales. Au fin fond de la campagne de la Navarre des temps modernes, il n’était pas étranger.

Le musée de la toile de Jouy

Nous découvrîmes l’histoire de cette manufacture et de Christophe Philippe Oberkampf, son fondateur en 1760 ainsi que la technique d’impression de la toile ce qui répondit à notre curiosité en tant que passionnées du costume d’époque.

L’entrée de la manufacture (peinture du musée de la Toile de Jouy)

Voici un résumé en images des étapes du procédé, trouvé, devinez où ? Sur une penderie portative !

Les étapes de la fabrication

Les étapes de la fabrication (Musée de la toile de Jouy)

L’utilisation des mordants, des planches de bois travaillées en creux a retenu notre attention.

 

 

Les matrices d'impression

Les matrices d’impression (Musée de la toile de Jouy)

Le tissu mordancé qui retient la couleur

Le tissu mordancé qui retient la couleur (Musée de la toile de Jouy)

Au vu de toutes les scènes imprimées et décorées, nous suivîmes l’évolution du goût et des mœurs. La petite histoire de la montgolfière pourrait se lire comme une bande dessinée sur tissu.

Promenade aérienne

Promenade aérienne (musée de la toile de Jouy)

L'accident !

L’accident ! (musée de la toile de Jouy)

Y eut-il un accident fortuit ? Provoqué ? Les personnages autour du ballon crevé semblent bien menaçants malgré l’intervention du Révérend. Retrace-t-on un fait divers local ? La paix revient avec ce magnifique ouvrage contemporain présentant un échantillonnage riche et coloré de modèles de montgolfières.

Un défilé de Montgolfières

Un défilé de Montgolfières (musée de la toile de Jouy)

Jusqu’à la boutique du musée, nous pûmes apprécier le raffinement de cet art décoratif qui se diversifie sur d’autres supports pour le plus grand bonheur des galantes du XXIème siècle !

bracelet en toile de jouy

bracelet en toile de Jouy (boutique du musée)

16 h 45 l'heure de la promenade galante ?

16 h 45 l’heure de la promenade galante ? (musée de la toile de Jouy)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

HOMMAGE A JEAN MICHEL GUILCHER

Dernièrement, un grand Monsieur s’est éteint dans sa 103ème année.

Jean Michel Guilcher a consacré toute sa vie à la recherche en danse et musique traditionnelle et ancienne. Accompagné de son épouse et de ses enfants, il a enquêté dans des régions de France comme la Bretagne, notre Sud-Ouest et bien d’autres. Son ouvrage référent : LA DANSE TRADITIONNELLE EN BEARN ET PAYS BASQUE FRANçAIS ne cessera de nourrir les connaissances des amateurs de folklore. Qu’il se soit penché sur notre danse basco-béarnaise fut une grande chance.

Son sérieux, son érudition, ses compétences en analyse socio-historique en font un auteur indispensable sur le sujet de la danse et de la musique traditionnelles. Tous ses articles, ses livres sur la danse de société à travers les siècles sont également dignes d’intérêt pour les danseurs, les musiciens désireux d’étoffer leur culture et leur propre recherche.

Il a porté un regard critique, scientifique et innovant sur le domaine de la tradition orale.

Ses enfants, Yves, Naïk et Mône GUILCHER poursuivent l’oeuvre de leur père par la publication, la présentation de leurs travaux ainsi que par la transmission active.

Pulmonaires de la fontaine de Marmoun

Pulmonaires de la fontaine de Marmoun

LES FLEURS DES CHAMPS RESPIRENT AU PRINTEMPS. L’ÂME FLEURIT EN TOUTE SAISON DANS L’ÉTERNITÉ. (Tai Cosi)

Poster un commentaire

LE RAYONNEMENT DE LA VOIX

Se faire entendre en douceur

Deux chanteuses des Tai Cosi ont eu l’opportunité de participer mi mars à un stage de l’A.R.P.A. (Atelier Régional des Pratiques Musicales Amateurs) dans l’agglomération toulousaine. Le contenu portait sur une nouvelle approche de l’enseignement vocal qui se développe depuis une dizaine d’années. Ici, le propos était de faire découvrir aux chanteurs la vibration de leur son pour mieux se faire entendre sans forcer. Emmanuelle Trinquesse, de Montpellier amena avec brio et légèreté son expérience de chercheuse et ses talents d’animatrice. Emmanuelle est professeur de technique vocale et de chant, kinésithérapeute et relaxologue. Elle met en synergie toutes ses compétences de façon originale.

La résonance

Après un déroulé théorique pour expliquer le geste vocal (équilibre entre l’action du souffle, du larynx, des résonateurs et du corps, entouré du mental), on s’intéressa de plus près à ce domaine peu investigué par les cursus classiques que sont nos capacités à amplifier notre son. Ce n’est pas le souffle qui fait du son mais notre corps qui devient caisse de résonance. Grâce à des exercices à base d’accessoires, les stagiaires ont pu sentir le phénomène ondulatoire de leur propre vibration vocale. En explorant les cavités au dessus du larynx, le son peut être développé sans effort supplémentaire à travers des jeux vocaux, des imitations d’animaux et de personnages.

La magie des harmoniques

Ce son rayonne d’autant plus qu’il est riche en harmoniques, ces composantes au dessus de la note fondamentale qui forment le timbre musical reconnaissable entre tous.  Elles rentrent en résonance avec d’autres congénères quand elles sont de même fréquence. Emmanuelle Trinquesse a pu apporter le témoignage extraordinaire d’un choeur qui avait travaillé essentiellement sur l’alchimie des harmoniques. Le résultat s’avérait fabuleux pour l’auditeur. Au cours du concert, les chanteurs avaient été enregistrés individuellement et le musicien averti pouvait constater que la ligne mélodique de la fondamentale n’était pas si juste que prévue. Dans les répertoires traditionnels, on peut être sensible à l’accroche des voix entre elles. La magie des harmoniques doit certainement entrer en ligne de compte. Ce jeu est tellement subtil qu’il ne peut se bâtir qu’à travers l’écoute et une solide expérience commune.

La pédagogie positive

Développer le phénomène de la résonance a des visées aussi thérapeutiques. Pour soulager les fatigues vocales, les dysfonctionnements, les pathologies, Emmanuelle Trinquesse a mis en place une démarche toute en douceur. On s’exerce à partir de nos facilités et de notre zone de confort pour chanter et peu à peu on gagne en amplitude. On déjoue la difficulté en prenant des chemins détournés. On rassure la personne en l’encourageant, en mettant en valeur ses capacités et en stimulant ses potentialités. Et surtout, on joue avec sa voix de façon détendue. Des exercices sont propices pour dénouer les tensions et pour se décontracter après le travail vocal. La voix reste cet instrument intime et fragile le plus lié à nos émotions.

La force du mental

Cette pédagogie sera d’autant plus efficace que l’entraînement sera court, fréquent et régulier. Il vaut mieux s’exercer 3 minutes 3 fois par jour que 20 minutes en une séance. Notre cerveau enregistre mieux les modes opératoires et est à même de les reconduire plus efficacement. Il travaille intelligemment pour nous sans que l’on n’en prenne forcément conscience et trouve des solutions à nos déficiences. Si on est dans l’incapacité physique de chanter, des expériences ont prouvé que l’entrainement mental pouvait aider à remplacer l’implication réelle. Emmanuelle Trinquesse a narré l’exploit extraordinaire d’une cantatrice qui avait été obligée de répéter son concert en pensée et qui avait réussi à produire une magnifique prestation.

Des passerelles

Ce stage rassembla des chefs de choeur de formation classique, des choristes, des professeurs de chant mais aussi quelques chanteuses s’intéressant aux répertoires traditionnels. Il fut agréable de constater que tout le monde avait sa place et était enclin à échanger. Emmanuelle Trinquesse afficha sa considération et son intérêt envers toutes les esthétiques musicales : lyrique, rock, jazz… en passant par l’extraordinaire technique du belting, cette forme puissante en voix de poitrine. Dans son métier, tous les horizons artistiques viennent la consulter. Elle conseilla aux chorales d’éviter la lecture des partitions pour libérer le geste vocal du chanteur. Ce clin d’oeil à la tradition orale et aux musiques actuelles ne manqua pas de parler aux Tai cousi présentes. Cependant, il faut reconnaître que, pour des amateurs, la mémorisation d’une oeuvre lyrique ne doit pas être simple. Les répertoires chansonniers des musiques actuelles et traditionnelles permettent plus facilement une pratique orale.

 

Poster un commentaire

La petite Versailles

imag31241 imag31291imag31271

La grand place du marché de Notre Dame est remarquable par sa configuration carrée, balisée aux 4 coins par 4 édifices eux aussi carrés, décorés de personnages baroques en costume d’apparat. Ces petits monuments se nomment également : le carré aux herbes, le carré à la viande, le carré à la marée, le carré à la farine. Si vous voulez vous repérer dans le quartier, il faut bien mémoriser entre quels carrés passe votre chemin. Les halles entourent la place sur un pourtour évidemment carré, le tout constituant une organisation de l’espace marchand bien à la française. Versailles oblige !

Aux abords du marché, on trouve des terrasses de café avenantes, des hôtels, des restaurants souvent liés à l’histoire de la ville : le bar de la gaîté infaillible pour remonter le moral, l’hôtel du cheval rouge, havre de paix inattendu.

imag31851

En s’égarant dans les rues pavées, quelle surprise de débusquer des boutiques à l’ancienne !

imag31791imag31781imag31821

Et pour parfaire l’ambiance vintage, sous un passage, l’affiche du vieux tramway :

imag31741

Le clou du quartier reste quand même le coin du marché (ne demandez pas quel carré !)

imag31341imag31321

 

 

 

imag31361

avec ses plus belles poubelles royales en costume chatoyant digne d’un carrousel d’antan !

imag31671

2 Commentaires

VERSAILLES, la Grande

imag29311

Le château de Versailles déserté ? Ne vous y trompez pas. Simple jour de fermeture en début de matinée. Mais quelle idée de s’y présenter un lundi ! (Se reporter à l’article : Versailles, au menu des plaisirs.)

imag29261 imag29181

Visiblement, les grilles et les festons des toitures ont été redorés à la feuille d’or pour notre venue.

imag29281imag29291imag29231

Que préférez-vous ? Blondeur platine ou blondeur cuivrée ? ou mèches en pierre et or ?

imag31161

Prenons le chemin des jardins.

imag30591  imag30601

Statuts emmitouflées, bosquets fermés, terre retournée, forêt translucide. Les jardins de Versailles ont un cachet moins brillant mais bien romantique et sont si tranquilles que l’on peut obtenir des vues sans promeneur.

imag30651

Le géant Encelade attend sa toilette printanière avant d’être rouvert au public.

imag30731imag30761

Bassins giratoires en service, utile aux piétons, aux cyclistes, aux joggers, aux voiturettes de promenade et aux tracteurs des jardiniers. La description précédente n’étant pas follement romantique, nous admirons la déesse Flore, entourée d’amours alanguis sur un lit de fleurs. Le teint de bronze des personnages témoigne d’une dorure qui a vieilli avec bonheur. Un peu plus loin, Cérès, déesse des moissons s’allonge avec ses chérubins sur des gerbes de blé. Elle présente un hâle plus clinquant.

imag30791imag30811

Notre curiosité est piquée par cette allée descendante vers le Nord, absolument déserte,

imag31001

qui nous mène au bassin du dragon. A l’arrière, une vaste clairière et les arbres dénudés laissent entrevoir un beau quartier de la ville, soigneusement restauré pour s’harmoniser avec le site du château.

imag30911

D’après le plan des jardins de Le Nôtre, il s’avère que cette grande prairie était l’emplacement du bassin de Neptune.

Retour sur l’esplanade du château avec un effet panoramique qui donne une petite idée de l’étendue du domaine versaillais. L’accès étant libre tous les jours, le citoyen moderne peut perdurer la tradition instaurée par Louis XIV de se promener régulièrement avec sa cour au grand air. Et si vous avez une crise de goutte comme le souverain, le chariot à roulettes a été remplacé par des voiturettes motorisées !

imag31071

2 Commentaires

VERSAILLES au menu des plaisirs

imag29241

Honorés par l’invitation de compatriotes escossais, quelques membres du LARER D’ESCOS ont fait le déplacement au château de Versailles pour découvrir l’exposition « Fêtes et divertissements à la cour », orchestrée avec maestria par Patrick Hourcade, scénographe et directeur artistique de l’événement.

imag30611

Une visite privée un lundi de fermeture, guidée par un historien en la personne de Philippe Hourcade, offrit des conditions exceptionnelles pour apprécier la richesse, le bon goût et l’intelligence artistique qui animaient les lieux. Pendant 4 h de déambulation, l’ambiance fut telle que l’on sentit frémir le faste de la vie quotidienne de ces courtisans des XVIIème et XVIIIème siècles.

Chaque espace se déclinait : suivre à la chasse, les derniers carrousels, les lieux de divertissement, à la comédie, au concert, à la promenade, au jeu, au bal, accompagnés d’oeuvres toutes aussi magnifiques les unes que les autres : tapisseries, tableaux, recueils, lettres, documents, armes, jeux,  meubles, décors, instruments… provenant de lieux prestigieux : musée de Florence, musée du Louvre, National Gallery de Londres, Comédie Française… Aux dire des visiteurs les plus avertis, certaines pièces étaient peu dévoilées jusque là.

De plus, des restitutions numériques ajoutaient leur touche didactique et artistique, imageant avec justesse la fantaisie « délirante » de ces réjouissances, en particulier le fameux bal costumé des ifs.

En entrant dans le salon du concert, le petit groupe s’extasia devant la beauté des instruments. Tous les visiteurs présents étaient ménétriers, musiciens ou mélomanes. Une aimable gaieté gagna les coeurs, comme on aurait dit à l’époque.

On n’aurait pu clôturer la visite sans le bouquet final : les effets du merveilleux grâce aux machineries de théâtre, aux illuminations. L’immense banc de bois en hémicycle, au demeurant bien confortable, permit de se détendre devant une représentation numérique d’un feu d’artifice sur le grand canal (mariage du dauphin et de Marie Antoinette en 1770).

Derrière tous ces divertissements, se cachait l’oeuvre de l’administration royale des menus plaisirs. Le talent, l’inventivité de cette organisation du spectacle et des cérémonies resitués dans le contexte de l’époque nous laissent  encore admiratifs.

Poster un commentaire

NOUVEAU SPECTACLE DU LARER

capture-landes-pittoresques-veillee-gasconne