Poster un commentaire

LAJUSON, l’oublié ?

Il est de ces villages ravissants que compte le Béarn et que l’on ne traverse plus.

IMAG2000

IMAG2001

Les cascades tumultueuses du Lausset en crue sous le pont du XIVème siècle.

IMAG1998

IMAG1996.jpg

IMAG2003.jpg

L’arrivée au vieux pont.

IMAG1999.jpg

La vue depuis le vieux pont.

IMAG2004.jpg

En remontant vers le village.

IMAG2005.jpg

En retournant la tête, la vue descendante.

IMAG2015.jpg

En se dirigeant vers la plaine du gave, on tombe sur le cimetière protestant

IMAG2014.jpgIMAG2010.jpg

 

IMAG2011où des stèles affichent des paroles bibliques gravées.

Un peu plus loin, en passant sous la route, on découvre les menhirs de la carrière.

IMAG2016.jpg

imag2023.jpgIMAG2022.jpg

En revenant dans le bourg et en dépassant l’église, une bâtisse affiche un mur d’enceinte remarquable.

IMAG2024.jpgIMAG2007.jpg

Le campanile typique de l’église.

IMAG2034.jpg

Le porche de l’église magnifiquement restauré. On distingue la tombe de l’ossuaire dont parle la plaque du cimetière protestant.

IMAG2037.jpg

IMAG2040.jpg

Tous les détails d’ouvrage sont en harmonie avec le site.

IMAG2039.jpg

Les grilles, les murs, les fenêtres mansardées se festonnent à Araujuzon.

IMAG2030.jpg

Un panorama unique depuis l’esplanade du cimetière avec un front de maison en pierre très ancien.

IMAG2035.jpg

A quelques pas, l’ancienne auberge REY et son quilhè qui furent un des fleurons de la vie sociale locale.

IMAG2041.jpg

La beauté du village vient en partie du dénivelé de ses rues. Les lignes des murets, des toits, des recoins des maisons s’entrecroisent en laissant plonger le regard.

Chaque demeure a son cachet dans un goût créatif et libre. Des boiseries et des volets bleus, blancs, verts, jaunes, rouges, mauves, violets, marron, gris se côtoient sur une palette de crépis et de pierres apparentes. Tuiles rouges mariées aux tuiles grises, on sent s’approcher la montagne.

IMAG2027.jpg

Par bonheur, le charme suranné de lieux abandonnés subsiste toujours.

Même le temps maussade ne peut attrister Araujuzon. On perçoit le claquement de la pelote dans le mur à gauche. On entend badiner les promeneurs du dimanche dans une rue principale accueillante et paisible.

Au cas où les habitants ne mesureraient pas la chance d’avoir un si joli village, bifurquez au rond point de la route nationale pour le leur signaler ! Araujuzon ne peut pas devenir l’oublié de la déviation.

C’est ce que clame avec véhémence le Lausset !

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :