Poster un commentaire

LE RAYONNEMENT DE LA VOIX

Se faire entendre en douceur

Deux chanteuses des Tai Cosi ont eu l’opportunité de participer mi mars à un stage de l’A.R.P.A. (Atelier Régional des Pratiques Musicales Amateurs) dans l’agglomération toulousaine. Le contenu portait sur une nouvelle approche de l’enseignement vocal qui se développe depuis une dizaine d’années. Ici, le propos était de faire découvrir aux chanteurs la vibration de leur son pour mieux se faire entendre sans forcer. Emmanuelle Trinquesse, de Montpellier amena avec brio et légèreté son expérience de chercheuse et ses talents d’animatrice. Emmanuelle est professeur de technique vocale et de chant, kinésithérapeute et relaxologue. Elle met en synergie toutes ses compétences de façon originale.

La résonance

Après un déroulé théorique pour expliquer le geste vocal (équilibre entre l’action du souffle, du larynx, des résonateurs et du corps, entouré du mental), on s’intéressa de plus près à ce domaine peu investigué par les cursus classiques que sont nos capacités à amplifier notre son. Ce n’est pas le souffle qui fait du son mais notre corps qui devient caisse de résonance. Grâce à des exercices à base d’accessoires, les stagiaires ont pu sentir le phénomène ondulatoire de leur propre vibration vocale. En explorant les cavités au dessus du larynx, le son peut être développé sans effort supplémentaire à travers des jeux vocaux, des imitations d’animaux et de personnages.

La magie des harmoniques

Ce son rayonne d’autant plus qu’il est riche en harmoniques, ces composantes au dessus de la note fondamentale qui forment le timbre musical reconnaissable entre tous.  Elles rentrent en résonance avec d’autres congénères quand elles sont de même fréquence. Emmanuelle Trinquesse a pu apporter le témoignage extraordinaire d’un choeur qui avait travaillé essentiellement sur l’alchimie des harmoniques. Le résultat s’avérait fabuleux pour l’auditeur. Au cours du concert, les chanteurs avaient été enregistrés individuellement et le musicien averti pouvait constater que la ligne mélodique de la fondamentale n’était pas si juste que prévue. Dans les répertoires traditionnels, on peut être sensible à l’accroche des voix entre elles. La magie des harmoniques doit certainement entrer en ligne de compte. Ce jeu est tellement subtil qu’il ne peut se bâtir qu’à travers l’écoute et une solide expérience commune.

La pédagogie positive

Développer le phénomène de la résonance a des visées aussi thérapeutiques. Pour soulager les fatigues vocales, les dysfonctionnements, les pathologies, Emmanuelle Trinquesse a mis en place une démarche toute en douceur. On s’exerce à partir de nos facilités et de notre zone de confort pour chanter et peu à peu on gagne en amplitude. On déjoue la difficulté en prenant des chemins détournés. On rassure la personne en l’encourageant, en mettant en valeur ses capacités et en stimulant ses potentialités. Et surtout, on joue avec sa voix de façon détendue. Des exercices sont propices pour dénouer les tensions et pour se décontracter après le travail vocal. La voix reste cet instrument intime et fragile le plus lié à nos émotions.

La force du mental

Cette pédagogie sera d’autant plus efficace que l’entraînement sera court, fréquent et régulier. Il vaut mieux s’exercer 3 minutes 3 fois par jour que 20 minutes en une séance. Notre cerveau enregistre mieux les modes opératoires et est à même de les reconduire plus efficacement. Il travaille intelligemment pour nous sans que l’on n’en prenne forcément conscience et trouve des solutions à nos déficiences. Si on est dans l’incapacité physique de chanter, des expériences ont prouvé que l’entrainement mental pouvait aider à remplacer l’implication réelle. Emmanuelle Trinquesse a narré l’exploit extraordinaire d’une cantatrice qui avait été obligée de répéter son concert en pensée et qui avait réussi à produire une magnifique prestation.

Des passerelles

Ce stage rassembla des chefs de choeur de formation classique, des choristes, des professeurs de chant mais aussi quelques chanteuses s’intéressant aux répertoires traditionnels. Il fut agréable de constater que tout le monde avait sa place et était enclin à échanger. Emmanuelle Trinquesse afficha sa considération et son intérêt envers toutes les esthétiques musicales : lyrique, rock, jazz… en passant par l’extraordinaire technique du belting, cette forme puissante en voix de poitrine. Dans son métier, tous les horizons artistiques viennent la consulter. Elle conseilla aux chorales d’éviter la lecture des partitions pour libérer le geste vocal du chanteur. Ce clin d’oeil à la tradition orale et aux musiques actuelles ne manqua pas de parler aux Tai cousi présentes. Cependant, il faut reconnaître que, pour des amateurs, la mémorisation d’une oeuvre lyrique ne doit pas être simple. Les répertoires chansonniers des musiques actuelles et traditionnelles permettent plus facilement une pratique orale.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :